Navigation

Hendaye - Zarautz

01-08-2016
50 km
Aller aux photos

Points d'intérêt

  • Hendaye
  • Irun
  • Errenteria
  • San Sebastian
  • Orio
  • Zarautz

Vienne la pluie, l'ami, tombe la grêle...

Je ne voulais pourtant pas commencer ce récit du voyage par un adage populaire. Force est de constater que les circonstances m'y poussent. Alors, comme on dit sûrement dans un quelconque patelin de haute montagne : voyage pluvieux, voyage mouillé.

Il est vrai que la rime laisse à désirer, mais qu'importe, le résultat est le même. Tout commença sous un ciel gris, oiseau de mauvais augure, à la frontière franco-espagnole. Nos premiers coups de pédales entamés, nous primes rapidement la direction de San Sebastian. Ou Donostia en langue euscarienne.

Premier constat, le GPS et moi n'avons pas la même notion de la route cyclable. Après quelques péripéties sur la voie rapide, ou nous frolâmes la mort une bonne douzaine de fois, celui nous envoya carrément sur une autoroute. Demi-tour et orientation à l'ancienne : en faisant appel à la sagesse des locaux les plus anciens. C'est donc après échange de borborygmes avec quelques individus que je qualifierais de régionaux que nous partîmes bras dessus, bras dessus (c'est plus pratique pour tenir le guidon) sur de plus calmes pistes cyclables.

Arrivés enfin à Donostia, les nuages menaçants passèrent à exécution. Et c'est sous l'averse que nous avons admiré la côte atlantique. Quelques minutes de répit et nous étions à nouveau sur la route. Sur les conseils d'une sympathique vieille maîtrisant la langue de Patrick Sébastien, nous avons donc rejoint les chemins du camino del norte. Selon ses dires, ça grimpe. Pour la grimpette on est pas déçus, et la pluie qui transforme le chemin déjà sinueux en patinoire rajoute pas mal de piment (d'Espelette). Après une première crevaison, et plusieurs sorties de selle nous avons enfin atteint le sommet. D'averses en avaries et quelques longues descentes plus tard, c'est sous un soleil tapant que nous avons atteint notre objectif du jour : Zarautz.

Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire