Navigation

Ribadeo - Vilalba

10-08-2016
75 km
Aller aux photos

Points d'intérêt

  • Praia das catedrais
  • Mondonedo
  • Vilalba

Je n'ai pas peur de la route

Au petit matin de cette nouvelle étape, le vent soufflait sec et fort dans nos chevelures plus ou moins éparses. Cette bise glaciale nous faisait frissonner l'échine tandis que nous profitions de la paix matinale sur la ville pour reprendre quelques forces. Ribadeo était plutôt agréable au bord de la mer, mais l'intérieur de la ville est au mieux quelconque. On file donc vers l'ouest, le long de la côte nord, portés par les vents.

À peine une douzaine de bornes plus loin, notre regard est irrésistiblement attiré par le bord de la route. Nous gravissons un petit chemin d'une terre aussi fine que de la poussière pour atteindre le bord supérieur d'une falaise.

Le spectacle qui nous est offert est à couper le souffle. Il flotte en ces lieux une lumière irréelle. Les rayons pleuvent sur un lit de verdure étincelant et sur les flots déchaînés. Les éléments semblent s'être concertés pour nous signifier notre insignifiance. La pièce jouée est d'une terrible beauté.

Notre périple entame enfin la direction du sud, et l'ascension des montagnes bordant le nord de la Galice. Après une petite balade de santé au milieu des demeure rurales, nous voyons les premières pentes s'offrir à nos roues. Et nos jambes, souffrir de partout.

Nos premiers kilomètres d'ascension nous paraissent interminables. Nous faisons une halte à Mondonedo, petite ville de montagne. Nous nous abreuvons à une sympathique fontaine en songeant que le plus dur est à venir.

Les montées suivantes nous font passer tant par la nationale que par la forêt en passant par de toutes petites routes de montagne. Certaines portions sont tellement abruptes que nous devons mettre pied à terre. Au passage, on aperçoit pour la première fois des maisons aux façades carrelées, la Lusitanie n'est plus loin!

Nous atteignons enfin le plateau situé à 500m d'altitude. La route s'aplanit et nous pouvons filer en ligne droite vers Vilalba. Les bourrasques soufflent toujours aussi fort, et la route est encore longue. Nous la poursuivrons demain, en espérant que le vent nous portera.

Commentaires

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire